En regardant en arrière, je peux percevoir diverses étapes sur mon chemin.

Il y avait ce moment en tant que jeune adulte où je me suis rendu compte d'à quel point avoir été un enfant unique avec une mère seule a pu influencer mes capacités sociales. À quel point avoir été cet enfant unique dans cette famille a pu me faire sentir inexpérimenté socialement, en comparaison de mes amis à l'époque. Je me sentais surtout bien en face à face.

Je me souviens avoir peiné avec un sentiment de fatalité : parce que les autres avaient des frères, des soeurs, des cousins, des cousines, un père, ... une famille plus variée en somme... Je serais toujours relativement bizarre, me disais-je.

Internet a été une belle opportunité cependant, pour grandir. J'ai trouvé refuge dans des connexions virtuelles, des discussions un à un chaque soir avec des personnes avec lesquelles je ne pouvais pas communiquer de la même manière dans la vie courante. Je me sentais moi-même en ligne. J'ai même su diriger une équipe dans un jeu virtuel.

Peu à peu il m'est apparu qu'il n'y avait que peu de raison d'être confiant en ligne et non dans la vie réelle. J'interagis déjà avec des personnes de manière confiante, pourquoi ne pas me comporter de la même manière quand je les rencontre ? Quelle différence y'a-t-il ? Ma volonté s'est renforcée car je savais qui j'étais quelque part, ce dont j'étais capable dans certaines zones de ma vie. Et je savais comment je voulais me comporter avec les autres dans la vraie vie : être fun, empathique, curieux, enthousiaste, aligné... Je n'avais qu'à être cette personne à tout moment, n'importe où, avec n'importe qui : authentique à la racine. 

Your heart is free, Have the courage to follow it. 

Le courage, c'est véritablement la force que j'avais qui m'a permis d'avancer.  Le courage d'affronter mes peurs et projections, pour que je puisse m'élever à un nouveau niveau de comportement. Prêt à faire face à la résistance de mes connaissances qui me voient changer et tel un élastique me rappelle à mon état d'origine.

Ca m'a pris un bon moment tout ça. Il m'a fallu prendre certaines responsabilités, et en délaisser d'autres. Pendant ce temps-là je continuais de tomber amoureux de filles qui n'étaient pas attirées par moi, appelant Amour la blessure de rejet que je ressentais. Plus cela faisait mal, plus je me disais que je devais être amoureux. Je contemplais avec complaisance la beauté de la tristesse. J'en étais même inspiré pour des poèmes ou de courtes compositions à la guitare, pourquoi arrêter alors ? D'un autre côté plus constructif, cela a aussi alimenté mon désir de comprendre la Vie et les dynamiques relationnelles.

Je ne crois plus autant aux thérapies qu'avant depuis que j'ai rencontré le coaching. Je crois en la bonne personne au bon moment, et en ma responsabilité. Mais je dois avouer que ce qui a commencé à faire une différence dans ma vie est une Gestalt thérapeute. J'avais besoin de cet accueil chaleureux d'un être humain, à l'écoute de ma douleur, c'est ce que c'était à l'époque. 

C'est à 25 ans cependant que ma vie a vraiment pris un pli excitant, quand j'ai rencontré mon premier coach. Mon coeur était assez fermé aux autres, fragile, douloureux. J'étais pris dans la croyance que je n'ai pas vraiment besoin des autres, surtout pour me protéger. Que je suis seul, isolé, parce que je suis trop profond pour la plupart des gens qui préfère des discussions superficielles. J'avais pris l'habitude de m'auto-rejeter avant que je me sente vraiment rejeté par quelqu'un. De cette manière je pouvais corriger ce qui n'allait pas chez moi avant qu'on me le reproche. L'auto-observation était mon premier passe-temps, je vivais avec un oeil au-dessus de la tête, analysant et critiquant le moindre détail qui pourrait jouer contre moi. La hantise de ne pas être apprécié ! Brr !

Je me sens reconnaissant de constater mon évolution, de voir comme j'ai su sortir d'un ensemble toxique, et comme je me suis donné l'opportunité de m'ouvrir à des relations toujours plus étonnantes, avec moi-même, avec les autres et avec le monde. Rencontrer ces personnes remplit mon coeur d'optimisme et d'une passion que je souhaite partager maintenant, la passion des dynamiques relationnelles. 

Je sais que je rencontrerai encore des challenges dans les relations, je l'accueille  comme normal, nécessaire et excitant à la fois. J'en ferai l'expérience à mon rythme et de manière assumée. 

Je ne vais pas détailler tout ce par quoi je suis passé pour en arriver là. L'expérience la plus enrichissante et structurante que j'ai vécu aura été d'aborder des filles dans la rue et de leur parler, tout simplement. Une rencontre de la réalité, de ma propre spontanéité, un accueil de ma vulnérabilité... pour commencer à agir pour mes rêves. Autant que possible avec intégrité, authenticité et respect, comme un futur coach qui cherche à grandir de chaque expérience. 

Je veux faire bénéficier de cette évolution,  aider ceux qui en ont besoin à accomplir une transformation similaire, sans la même douleur, sans le même isolement ou perte de sens. 

Lorsque c'est le moment pour toi, crois en ton potentiel et réserve ta Séance Découverte.

Si je devais résumer mon pourquoi en une seule phrase cependant... Je dirais que je veux simplement remercier les personnes qui m'ont aimées, qui m'ont aimées d'une manière qui m'a touchée, qui ont cru en moi, qui m'ont inspirées, et dont je veux rester proche au moins dans mon coeur. Je veux que ces personnes sachent comme leur simple existence m'inspire à vivre. 

© 2020 Adrien Gorrell - International Coach currently based in Paris, France

Ce site ne fait pas partie de Facebook ou Facebook Inc. et n'est en aucune façon affilié à Facebook. FACEBOOK est une marqué déposée de FACEBOOK, Inc.